Les nouvelles formes de travail ne sont plus un tabou

L’or pour la politique de développement durable de ManpowerGroup BeLux
21 septembre 2017

87%  des travailleurs sont prêts à se lancer vers les emplois ‘nouvelle génération’ (intérim, freelance, indépendant, ‘platform worker’,  ‘slasher’ , etc.)

Allons-nous travailler autrement alors qu’on assiste aujourd’hui à une profonde mutation des modes d’organisation du travail et que de nouvelles formes d’emploi apparaissent sur le marché du travail ? Comment répondre aux nouvelles aspirations des travailleurs pour plus d’autonomie et de liberté ? ManpowerGroup a analysé ces tendances et a interrogé plus de 9.500 travailleurs dans 12 pays à travers le monde. Il en ressort que les ‘emplois nouvelle génération / ‘NextGen Work’ (intérim, freelance, indépendant, temps partiels, ‘platform worker’,  ‘slasher’, etc.)  ne sont  plus un tabou pour les travailleurs en 2017. Bien au contraire, ces nouvelles manières d’exercer son activité professionnelle sont devenues une option valable pour 87% d’entre eux.

‘Emplois nouvelle génération’, un phénomène en croissance

Aujourd’hui, à l’ère de l’économie digitale, on observe aujourd’hui une multiplication des contrats de travail et des manières d’exercer son activité professionnelle. On les appelle les ‘emplois nouvelle génération’ (‘NextGen Work’)Ils prennent  les formes les plus diverses : intérim, contrats à durée déterminée, temps partiels, indépendant, freelance, slasher (multi-salariat ou multi-activités), plaform-workers (via des applications comme Uber ou Deliveroo). Rien qu’en Belgique, le nombre d’intérimaires s’est accru de  16% au cours des cinq dernières années pour atteindre 652.000 travailleurs en 2016. Notre pays n’a jamais connu autant de travailleurs indépendants, 1.057.393 fin 2016). Les entreprises ne sont plus les seules à rechercher plus de flexibilité, les travailleurs sont aussi demandeurs de changement. Ils veulent bâtir une carrière qui corresponde à leurs priorités individuelles. Le modèle  ‘one-size-fits-all’( la même chose pour tout le monde) a cédé la place au ‘one-size-fits one’  (une carrière à la carte) (voir point 3).

 

Toutes les générations sont ouvertes au changement

Globalement, 87% des 9.500 travailleurs interrogés par ManpowerGroup à travers le monde se déclarent prêts exercer leur prochain emploi sous un autre type de contrat de travail. L’enquête  révèle que ces nouvelles formes de travail sont plus populaires dans les pays où l’on recense une plus grande proportion de Millennials (18-24 ans) et où la législation sur le  marché du travail est moins rigide. C’est le cas de l’Inde (97%) ou du Mexique (97%), des Etats-Unis (94%) ou du Royaume Uni (90%). Dans notre pays, le contrat à durée indéterminée reste encore la référence sur le marché de travail. Travailler sous ce statut reste l’objectif d’une très  grande majorité de demandeurs d’emploi en raison de la stabilité  et des avantages qu’il procure. Cependant, face à lui, les nouvelles formes d’emploi ne sont plus un tabou. Les nouvelles formes d’emploi trouvent des adeptes parmi toutes les générations. Sans surprise, les Millennials se montrent les enthousiastes (95%). Ils y voient le meilleur moyen de toucher leurs premiers salaires et de s’intégrer sur le marché du travail. Les travailleurs de plus de 50 ans sont loin d’être réticents (80%) – y trouvant un moyen d’organiser leur fin de carrière en y incluant une liberté accrue.

 

Revenus, employabilité et liberté

Quels sont les motifs qui poussent les gens à se tourner vers ces formes de travail non traditionnel ?  L’aspect financier (acquérir un revenu supplémentaire) est le principale motivation (38%). La possibilité de développer ses compétences et de renforcer son expérience et son employabilité arrive en seconde position (33%). Ce n’est pas étonnant quand sait que les nouvelles d’emploi permettent de changer fréquemment d’environnement et de secteurs. Enfin, travailler autrement  leur permet de satisfaire une aspiration encore plus profonde : le besoin liberté (32%) et la possibilité de profiter d’une plus grande flexibilité pour bâtir une meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée.

Vers une ubérisation et une dérégulation du marché du travail ?

Au cœur de cette ‘gig economy’,  on assiste partout dans le monde à une floraison de nouvelles plateformes qui transforment en profondeur la façon dont les gens travaillent.  Il est illusoire de penser pouvoir arrêter ou freiner ce mouvement et ces tendances que nous observons. Le défi consiste à réconcilier la flexibilité des nouveaux modèles de travail avec la sécurité et la protection du travail traditionnel. C’est une responsabilité de tous les acteurs sur le marché du travail : entreprises, travailleurs et politiques. Dans un marché marqué par une difficulté croissante de trouver des candidats qualifiés alors que le spectre du vieillissement pèsera toujours plus dans les années à venir, la multiplication des contrats de travail devrait pouvoir contribuer à  renforcer le taux d’activité et le taux d’emploi sur les marchés du travail.

Total Workforce Management

Nous avons anticipé ces tendances et offrons aujourd’hui à nos candidats la possibilité de travailler selon toutes ces nouvelles formes de contrats, que ce soit  en intérim ou en freelance. Pour nos clients, nous avons mis en place des solutions axées sur le modèle ‘Total Workforce Management’. Elles  visent à aider les entreprises à optimiser la gestion de tous leurs talents, quel que soit le statut ou le contrat par lequel ils sont actifs.  Ce segment  du MSP (Management Service Provider) porté par nos spécialistes de TAPFIN (ManpowerGroup Solutions) connaît actuellement une forte croissance et préfigure la gestion des ressources humaines de demain.

 

 

ManpowerGroup a interrogé plus de 9.500 travailleurs dans 12 pays à travers le monde pour mesurer leur perception face aux  nouvelles formes d’emploi et de travail : les emplois ‘nouvelle génération’ – ‘NextGen Work’.

White paper#GigResponsibly, The Rise of NextGen Work’.

 

 

‘Après l’esclavage, le servage, l’artisanat et le salariat, le travail entre dans un nouvel âge’.  Dans son nouveau livre ‘Travail, la soif de liberté’, Denis Pennel – directeur général de la World Employment Confederation – partage son analyse de l’évolution du marché du travail.  Il y explore les nouvelles manières d’exercer son activité professionnelle et la transformation du marché du travail. Il nous livre les clés pour comprendre cette marche inexorable vers plus de liberté.  Selon Denis Pennel – qui figure 100 professionnels des ressources humaines les plus influents au niveau international –, “ c’est en dehors du salariat que s’inventent de nouvelles manières d’exercer son activité répondant à une aspiration profonde des travailleurs pour plus d’autonomie et moins d’autorité.” La naissance d’un nouvel âge du travail nécessite la mise en place de réformes proFondes. Il  propose 25 pistes pour concilier ces nouveaux  besoins de sécurité , de liberté et de flexibilité.  

Plus d’info sur le blog de Denis Pennel.