Les créations d’emplois en Belgique vont se poursuivre au même rythme pendant l’été

Quel est le rôle du Data Protection Officer ? (RGPD / GDPR)
15 mai 2018
Pénurie de talents : le mot d’ordre sur le marché de l’emploi n’est plus uniquement ‘jobs, jobs, jobs’ mais ‘skills, skills, skills’
26 juin 2018

Selon le Baromètre ManpowerGroup, l’horizon reste dégagé pour les demandeurs d’emploi en Belgique. Au niveau national, 6% des 753 employeurs belges interrogés fin avril par ManpowerGroup prévoient de renforcer leurs effectifs d’ici la fin du mois de septembre 2018, tandis que seulement 2% prévoient de les réduire. Plus de 9 employeurs sondés sur 10 (91%) prévoient de maintenir leur masse salariale au même niveau. Après correction des variations saisonnières, la Prévision Nette d’Emploi (*) – ou le différentiel entre le pourcentage d’employeurs prévoyant des embauches et le pourcentage de ceux prévoyant des licenciements –  atteint la valeur positive de +4. C’est un statu quo par rapport au trimestre précédent et au 3e trimestre 2017.

« Les employeurs belges prévoient de continuer à recruter au même rythme que lors du trimestre précédent », explique Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux. « Cette tendance positive observée sur le marché de l’emploi s’explique en raison de la conjoncture plus favorable et de la reprise des investissements générateurs d’activité économique. Mais dans le même temps, le nombre de postes qui restent vacants dans les entreprises a quasiment doublé en trois ans, comme l’a souligné récemment le Premier Ministre Charles Michel. On ne peut que se féliciter que le gouvernement ait fait de la lutte contre les pénuries de talents une priorité pour les mois à venir, car celles-ci touchent à des degrés divers tous les secteurs d’activité, toutes les fonctions et tous les marchés de l’emploi au niveau local. La diminution constante du chômage observée dans les trois régions du pays n’est pas un indicateur suffisant pour se satisfaire de l’amélioration de la performance de notre marché du travail, même si cela constitue une nouvelle encourageante. »

 

 

 Davantage d’optimisme à Bruxelles et en Flandre

Les perspectives d’emploi pour le prochain trimestre sont positives dans les trois régions du pays. Les employeurs se montrent plus optimistes à Bruxelles (+5) et en Flandre (+4), tandis qu’ils rapportent des prévisions nettement plus prudentes en Wallonie (+1). Dans les trois régions, les prévisions sont assez stables, tant par rapport au trimestre précédent que par rapport au même trimestre l’an dernier.

Statu quo ou prévisions positives dans les 10 secteurs sondés

C’est dans le secteur de l’Agriculture et de la Pêche (+17) que les employeurs rapportent les prévisions les plus optimistes, à un niveau jamais atteint depuis le lancement de l’enquête en 2003. Les intentions de recrutement sont également très favorables dans les secteurs de l’Electricité, gaz et eau et de la Finance, de l’assurance, de l’immobilier et des services aux entreprises (tous deux à +7), et dans une moindre mesure dans le secteur du Transport et de la logistique (+5). Les employeurs anticipent également une activité de recrutement positive dans le secteur de la Construction (+4) ainsi que dans les secteurs du Commerce de gros et de détail, de l’Industrie extractive et des Services publics, de l’éducation, de la santé et des services collectifs (tous trois à +3). Enfin, l’emploi devrait peu évoluer dans les secteurs de l’Horeca (+1) et l’Industrie manufacturière (0).

D’un trimestre à l’autre, la Prévision Nette d’Emploi s’améliore dans six secteurs et se détériore dans trois secteurs. D’une année à l’autre, les intentions de recrutement progressent dans quatre secteurs, alors qu’elles reculent dans cinq autres.

Davantage de créations d’emplois dans les moyennes et les grandes entreprises

Les employeurs des quatre segments d’entreprises anticipent selon la taille de leurs effectifs une activité de recrutement positive au cours de la période allant de juillet à septembre 2018. Les employeurs des moyennes entreprises (50 à 249 travailleurs) affichent la plus grande confiance, rapportant une Prévision Nette d’Emploi de +26, devant les employeurs des grandes entreprises (≥ 250 travailleurs), avec une Prévision Nette d’Emploi de +19. Les employeurs des micro-entreprises (< 10 travailleurs) et des petites entreprises (10 à 49 travailleurs) se montrent nettement plus prudents, rapportant une Prévision Nette d’Emploi de respectivement +3 et +2.

 

Intentions de recrutement positives dans 43 des 44 pays et territoires sondés

Près de 60.000 entretiens téléphoniques ont été menés par ManpowerGroup dans 44 pays et territoires afin de mesurer les évolutions d’effectifs prévues au 3e trimestre 2018.

  • Malgré les incertitudes géopolitiques, les perspectives d’emploi restent positives dans 43 des 44 pays et territoires sondés, seule l’Italie (-2) affichant une Prévision Nette d’Emploi négative pour le deuxième trimestre consécutif. Par rapport au trimestre précédent, les perspectives d’emploi s’améliorent dans 19 des 44 pays et territoires, demeurent stables dans sept autres, tandis qu’elles se détériorent dans les 18 derniers. La comparaison annuelle laisse apparaître une situation plus favorable avec des intentions de recrutement en hausse dans 24 des 43 pays et territoires(** ), en stagnation dans sept autres et en recul dans 12 pays seulement.

 

  • Intentions de recrutement les plus fortes et les plus faibles. La confiance des employeurs est la plus forte en Croatie (+26), au Japon (+26),  à Taiwan (+24), en Hongrie (+19) et aux États-Unis (+18),  tandis qu’on observe les prévisions les plus faibles en Espagne (+3), au Panama (+2) et en Italie (-2). Le marché de l’emploi reste très dynamique en Inde (+17), alors qu’il retrouve de la vigueur en Chine (+11) où les employeurs rapportent leurs intentions les plus optimistes depuis trois ans.

  • Dans la région EMEA (Europe, Moyen-Orient & Afrique), les employeurs anticipent une activité de recrutement positive dans 25 des 26 pays sondés. Par rapport au trimestre précédent, les intentions de recrutement s’améliorent dans 12 pays, tandis qu’elles se détériorent dans dix pays et ne connaissent aucune évolution dans les quatre derniers. En comparaison annuelle, la Prévision Nette d’Emploi progresse dans 13 pays, fléchit dans six autres et reste stable dans les six derniers. De toute la région EMEA, c’est en Croatie (+26), en Hongrie (+19), en Grèce (+15), au Portugal (+15) et en Turquie (+14) que les employeurs rapportent les Prévisions Nettes d’Emploi les plus fortes. Les employeurs allemands (+8) montrent le même degré d’optimisme que lors du trimestre précédent, tandis que les employeurs aux Pays-Bas (+6) et en France (+5) anticipent également une activité de recrutement positive. La Prévision Nette d’Emploi en Belgique (+4) se situe au même niveau que le Royaume-Uni et l’Espagne. Enfin, les employeurs italiens (-2) sont les seuls à rapporter une Prévision Nette négative.

Les résultats de la prochaine édition du Baromètre ManpowerGroup des perspectives d’emploi seront diffusés  le 11 septembre 2018 (4e trimestre 2018).

(* ) La valeur de la Prévision Nette d’Emploi est obtenue en déduisant du pourcentage des employeurs anticipant une hausse de l’emploi total, le pourcentage des employeurs prévoyant une baisse de l’emploi dans leur entreprise pour le trimestre suivant. Il s’agit donc ici du solde net des prévisions d’emploi, qui peut être aussi bien positif que négatif. Les commentaires se basent sur les données désaisonnalisées, lorsqu’elles sont disponibles.

(** ) Vu que la Croatie a rejoint l’enquête lors du trimestre précédent, la comparaison annuelle n’est pas encore disponible.

 

Téléchargez le rapport complet (en anglais)

Les résultats complets de l’enquête pour les 43 pays sont disponibles ici

 

 

 

 

 

Téléchargez l’infographie et le résumé des résultats

Téléchargez le  communiqué de presse

 

 

 

Téléchargez l’infographie internationale

 

 

 

 

À propos de l’Étude

Le Baromètre ManpowerGroup des perspectives d’emploi (ManpowerGroup Employment Outlook Survey – MEOS) pour le 3e trimestre 2018 a été mené du 18 au 30 avril 2018 auprès d’un échantillon représentatif de près de 60.000 employeurs publics et privés (dont 753 en Belgique) dans 44 pays et territoires. L’objectif de l’enquête est de mesurer l’évolution des intentions de recrutement des entreprises pour le trimestre à venir et par rapport au trimestre précédent. Chaque employeur interrogé a répondu à la même question : « Comment anticipez-vous l’évolution de l’emploi total dans votre entreprise au cours du prochain trimestre, c’est-à-dire jusque septembre 2018, par rapport au trimestre actuel ? ». C’est la seule étude prospective de cette envergure dans le domaine de l’emploi. Elle est unique de par sa taille, son objectif, sa longévité et son contenu. Mené depuis 55 ans, le Baromètre ManpowerGroup constitue l’une des enquêtes les plus fiables en matière d’emploi et est considéré comme un indicateur économique reconnu.

Depuis le 2e trimestre 2008, c’est le modèle TRAMO-SEATS qui est appliqué pour corriger les variations saisonnières. De ce fait, certaines données désaisonnalisées peuvent légèrement dévier des chiffres des éditions précédentes. Largement répandu dans le monde, ce modèle est recommandé par le département Eurostat de l’Union européenne et par la Banque Centrale Européenne.

 

AC