Les employeurs belges prévoient d’embaucher au quatrième trimestre … mais trouveront-ils les candidats ?

Les soft skills à l’honneur lors de la finale européenne des mini-entreprises à Belgrade #CoYC18
18 juillet 2018
#OnePager : Contrats journaliers successifs pour le travail intérimaire (nouvelles règles – 01.10.2018)
17 septembre 2018

Selon le Baromètre ManpowerGroup publié ce jour, le climat sur marché de l’emploi devrait rester favorable au cours du 4e trimestre 2018. En effet, sur les 750 employeurs belges sondés fin juillet par ManpowerGroup, 8% prévoient d’augmenter leurs effectifs d’ici la fin de l’année, alors que seulement 2% prévoient de les réduire. 87% d’entre eux n’anticipent aucun changement. Après correction des variations saisonnières, la Prévision Nette d’Emploi(*) – ou le différentiel entre le pourcentage d’employeurs prévoyant des embauches et le pourcentage de ceux prévoyant des licenciements –  atteint la valeur encourageante de +6, son niveau le plus élevé depuis le 1er trimestre 2017. C’est une hausse de 2 points par rapport au trimestre précédent et de 3 points par rapport 4e trimestre 2017.

 

« Les employeurs belges maintiennent leur volonté de renforcer leurs effectifs au cours quatrième trimestre» explique Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux. « Cette tendance positive se vérifie dans les trois régions du pays et quasiment tous les secteurs d’activité. Cependant, le défi consistera à trouver les candidats qu’ils recherchent alors que plus d’un employeur belge sur trois déclare être affecté  par les pénuries de talents.(**)  La question sera de voir si les 28 mesures du ‘jobs deal’ mis en place par le gouvernement fédéral, ainsi que les mesures prises dans chacune des régions seront à même de réduire le fossé entre l’offre et la demande sur le marché du travail. Néanmoins, de façon réaliste, on peut s’attendre à un accroissement de la guerre des talents dans de nombreux métiers. Nous observons d’ailleurs sur le terrain que les candidats reçoivent davantage de propositions qu’auparavant, ce qui obligent les employeurs à renforcer non seulement leur attractivité mais également à accélérer leurs processus de décision. »

  

 

Optimisme dans les trois régions

Les perspectives d’emploi pour le prochain trimestre sont positives dans les trois régions du pays. C’est à Bruxelles (+7) que l’activité de recrutement devrait être la plus forte, avec une Prévision Nette d’Emploi en hausse de deux points en comparaison trimestrielle et annuelle. Les employeurs wallons (+6) également font preuve d’optimisme et rapportent leurs intentions de recrutement les plus fortes depuis le 2e trimestre 2016. En Flandre, la confiance des employeurs reste assez stable, avec une Prévision Nette d’Emploi (+5) qui gagne un point par rapport au trimestre précédent.

De nombreuses opportunités d’emploi à saisir dans les secteurs de la Construction, de la Finance et des services aux entreprises et de l’Industrie manufacturière

Les employeurs de neuf des 10 secteurs sondés anticipent une activité de recrutement positive au cours du quatrième trimestre. Les demandeurs d’emploi devraient bénéficier de nombreuses opportunités d’emploi dans le secteur de la Construction (+9, Prévision Nette d’Emploi la plus optimiste depuis le 4e trimestre 2017) et dans le secteur de la Finance, de l’assurance, de l’immobilier et des services aux entreprises (+9, Prévision Nette d’Emploi au plus haut depuis le 1er trimestre 2017). Les perspectives d’emploi sont également très encourageantes dans les secteurs de l’Industrie manufacturière (+8), de l’Agriculture et de la pêche (+8), ainsi que dans l’Horeca (+7, au plus haut depuis le 3e trimestre 2016). Les intentions de recrutement sont également positives dans les secteurs des Industries extractives (+6),  du Transport et de la logistique (+5) ainsi que dans les Services publics, l’éducation, la santé et les services collectifs (+4). Comme lors des quatre trimestres précédents, les employeurs du secteur du Commerce de gros et de détail (+1) se montrent nettement plus prudents, tandis que les employeurs du secteur de l’Electricité, gaz et eau sont les seuls à rapporter des intentions de recrutement très légèrement négatives (-1).

D’un trimestre sur l’autre, la Prévision Nette d’Emploi s’améliore dans six secteurs et se détériore dans trois secteurs. D’une année sur l’autre, les intentions de recrutement progressent également dans six secteurs.

Embauches en vue dans les grandes et les moyennes entreprises

Les employeurs des quatre segments d’entreprise selon la taille de leurs effectifs anticipent une activité de recrutement positive au cours période allant de septembre à décembre 2018. Ce sont les employeurs des grandes entreprises (≥ 250 travailleurs) et des moyennes entreprises (50-249 travailleurs) qui rapportent les Prévisions Nettes d’Emploi les plus fortes (+25 et +24 respectivement). Plus d’employeur sur quatre issu du segment des grandes entreprises et près d’un employeur sur quatre issu du segment des moyennes entreprises prévoit de renforcer ses effectifs d’ici la fin de l’année.  Les perspectives d’emploi sont également favorables dans le segment des petites entreprises (10-49 travailleurs), Prévision Nette d’Emploi à +13 et plus modérées dans le segment des microentreprises (< 10 travailleurs), Prévision Nette d’Emploi à +4.

Intentions de recrutement positives dans 43 des 44 pays et territoires sondés

Plus de 59.000 entretiens téléphoniques ont été menés par ManpowerGroup dans 44 pays et territoires afin de mesurer les évolutions d’effectifs prévues au 4e trimestre 2018 (***).

 

  • Les perspectives d’emploi sont positives dans 43 des 44 pays et territoires sondés, seule la Suisse affichant une Prévision Nette d’Emploi négative. Par rapport au trimestre précédent, les perspectives d’emploi s’améliorent dans 22 des 44 pays et territoires, demeurent stable dans huit autres et se détériorent dans les 14 derniers. Par rapport au trimestre correspondant l’an dernier, les intentions de recrutement sont en hausse dans 23 pays et territoires, en stagnation dans sept autres et en baisse dans 13 pays.

 

  • Intentions de recrutement les plus fortes et les plus faibles : La confiance des employeurs est la plus forte au Japon (+26), à Taiwan (+21), ainsi qu’aux États-Unis, en Roumanie et en Slovénie (tous trois à +19), tandis qu’on observe les prévisions les plus faibles en Suisse (-2), en Argentine (+2), en France (+2) et en Italie (+2). En Inde (+13), on observe les intentions de recrutement les plus faibles dans ce pays en 2005, tandis qu’elles restent assez modérées en Chine (+6).

  • Dans la région Europe, Moyen-Orient & Afrique (EMEA), les employeurs de 25 des 26 pays sondés prévoient de renforcer leurs effectifs d’ici la fin de l’année 2018. Par rapport au trimestre précédent, les intentions de recrutement s’améliorent dans 11 pays, tandis qu’elles se détériorent dans neuf pays et ne connaissent aucune évolution dans les six derniers. En comparaison annuelle, la Prévision Nette d’Emploi progresse dans 13 pays, fléchit dans sept autres et reste stable dans les cinq derniers. De toute la région EMEA, c’est en Roumanie (+19), en Slovénie (+19) et en Hongrie (+18) que les employeurs rapportent les Prévisions Nettes d’Emploi les plus fortes. En Allemagne (+10), les intentions de recrutement atteignent leur niveau le plus élevé depuis sept ans, tandis qu’aux Pays-Bas (+6), la tendance positive observée lors des deux trimestres précédents se poursuit. Dans le contexte du Brexit, les perspectives d’emploi restent stables au Royaume-Uni (+4). En France (+2), la Prévision Nette d’Emploi enregistre un léger recul d’un trimestre et d’une année  sur l’autre. Enfin, les prévisions d’embauche restent légèrement positives en Italie (+1), tandis que les employeurs suisses (-2) rapportent des intentions de recrutement les plus faibles et les seules négatives de tous les pays sondés.

 

Les résultats de la prochaine édition du Baromètre ManpowerGroup des perspectives d’Emploi seront diffusés le 11 décembre 2018 (1er trimestre 2019).

(*)La valeur de la Prévision Nette d’Emploi est obtenue en déduisant du pourcentage des employeurs anticipant une hausse de l’emploi total, le pourcentage des employeurs prévoyant une baisse de l’emploi dans leur entreprise pour le trimestre suivant. Il s’agit donc ici du solde net des prévisions d’emploi, qui peut être aussi bien positif que négatif. Les commentaires se basent sur les données désaisonnalisées, lorsqu’elles sont disponibles.

(**) Enquête ManpowerGroup sur les pénuries de talents (2018)

(*** ) Vu que la Croatie a rejoint l’enquête lors du 2e trimestre 2018, la comparaison annuelle n’est pas encore disponible.

 

Téléchargez le rapport complet (en anglais)

Les résultats complets de l’enquête pour les 44 pays sont disponibles ici.

 

 

 

 

Téléchargez l’infographie avec la synthèse des résultats

Téléchargez le  communiqué de presse

 

 

 

Téléchargez l’infographie avec les résultats au niveau mondial

Présentation du Baromètre

Le Baromètre ManpowerGroup des Perspectives d’Emploi (ManpowerGroup Employment Outlook Survey – MEOS) pour le 4e trimestre 2018 a été mené du 18 au 31 juillet 2018 auprès d’un échantillon représentatif de plus de 59.000 employeurs publics et privés (dont 750 en Belgique) dans 44 pays et territoires. L’objectif de l’enquête est de mesurer l’évolution des intentions de recrutement des entreprises pour le trimestre à venir et par rapport au trimestre précédent. Chaque employeur interrogé a répondu à la même question : Comment anticipez-vous l’évolution de l’emploi total dans votre entreprise au cours du prochain trimestre, c’est-à-dire jusqu’à la fin décembre 2018, par rapport au trimestre actuel ?”. C’est la seule étude prospective de cette envergure dans le domaine de l’emploi. Elle est unique de par sa taille, son objectif, sa longévité et son contenu. Mené depuis 55 ans, le Baromètre ManpowerGroup constitue l’une des enquêtes les plus fiables en matière d’emploi et est considéré comme un indicateur économique reconnu.

 

AC