Les employeurs belges prévoient de ralentir le rythme des embauches au cours du 3e trimestre

Le Grand-Duché de Luxembourg 59e (sur 75) sur l’indice mondial de la main-d’œuvre de ManpowerGroup (Total Workforce Index™)
3 mai 2019

Selon le Baromètre ManpowerGroup, le marché de l’emploi devrait évoluer en mode mineur au cours de l’été. En effet, sur les 752 employeurs belges sondés fin avril par ManpowerGroup, 4% envisagent de renforcer leurs effectifs d’ici la fin du mois de septembre 2019, 1% prévoient de les réduire et 95% n’anticipent aucun changement. Après correction des variations saisonnières, la Prévision Nette d’Emploi(*) – ou le différentiel entre le pourcentage d’employeurs prévoyant des embauches et le pourcentage de ceux prévoyant des licenciements –  atteint la valeur prudente de +3. C’est une baisse de 3 points par rapport au trimestre précédent et de 1 point par rapport au 3e trimestre 2018.

 

 

« A l’instar de la plupart de leurs homologues européens, les employeurs belges rapportent des intentions de recrutement en recul par rapport au trimestre précédent », explique Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux. « Les perspectives d’emploi restent néanmoins positives dans les trois régions et dans 8 des 10 secteurs sondés. Cette prudence accrue dans le chef des employeurs peut s’expliquer par le climat d’incertitude lié au contexte international. Malgré une activité de recrutement plus faible, les entreprises devraient continuer à éprouver des difficultés à trouver les profils qu’elles recherchent. Plusieurs secteurs ont encore récemment mis en évidence les défis auxquels ils étaient confrontés, qu’il s’agisse des employeurs du secteur de la Construction (plus de 16.000 postes vacants*) ou de la Chimie/(Bio)pharma (près de 3.000 postes vacants). »

 

 

 Plus d’optimisme en Wallonie et en Flandre

Les perspectives d’emploi pour le prochain trimestre sont positives dans les trois régions du pays. L’emploi devrait progresser de façon modérée en Wallonie (+6) et en Flandre (+5), tandis qu’il devrait rester stable à Bruxelles (+1).  Par rapport au trimestre précédent, la Prévision Nette d’Emploi enregistre un recul de 4 et 3 points à Bruxelles et en Flandre, tandis qu’elle baisse de 1 point en Wallonie.

 

Prévisions positives dans 8 des 10 secteurs sondés

Les employeurs de huit des 10 secteurs sondés prévoient de créer de nouveaux emplois au cours du 3e trimestre 2019. Ce sont les employeurs des secteurs des Industries extractives (+8), de l’Electricité, gaz et eau (+6) et des Services publics, de l’éducation, de la santé et des services collectifs (+6) qui les employeurs rapportent les intentions de recrutement les plus fortes. Les perspectives d’emploi sont également assez favorables dans le secteur de l’Agriculture et de la pêche ainsi que dans le secteur de la Construction (tous deux à +5). Les employeurs se montrent plus prudents dans les secteurs de la Finance, de l’assurance, de l’immobilier et des services aux entreprises ainsi que dans le secteur du Transport et de la Logistique (tous deux à +3). En revanche, l’emploi ne devrait pas évoluer et rester stable dans les secteurs du Commerce de gros et de détail (+1) ainsi que dans l’Horeca et l’Industrie manufacturière (tous deux à 0).

L’analyse des données en comparaison trimestrielle et annuelle laisse apparaître la tendance à la baisse. En efffet, la Prévision Nette d’Emploi se détériore dans 8 secteurs par rapport au trimestre précédent et par rapport au 3e trimestre 2018.

 

Création d’emplois dans les grandes et les moyennes entreprises

Selon l’enquête, les créations d’emploi devraient avant tout concerner les grandes entreprises (≥ 250 travailleurs), et les moyennes entreprises (50-249 travailleurs), la Prévision Nette d’Emploi s’élevant respectivement à +15 et +12 dans ces deux segments.  A l’inverse les employeurs des petites entreprises (10-49 travailleurs) et des micro-entreprises (< 10 travailleurs) se montrent nettement plus prudents, rapportant une Prévision Nette d’Emploi à +3 dans ces deux segments.

 

Intentions de recrutement positives dans 43 des 44 pays et territoires sondés

Plus de 59000 entretiens téléphoniques ont été menés par ManpowerGroup dans 44 pays et territoires afin de mesurer les évolutions d’effectifs prévues au 3e trimestre 2019.

  • Les perspectives d’emploi sont positives dans 43 des 44 pays et territoires sondés. Par rapport au trimestre précédent, les perspectives d’emploi s’améliorent dans 18 des 44 pays et territoires, demeurent stables dans 8 autres et se détériorent dans les 18 derniers. Par rapport au trimestre correspondant l’an dernier, les intentions de recrutement sont en hausse dans seulement 12 pays et territoires, tandis qu’elles sont en baisse dans 26 pays et en stagnation dans six autres.

 

  • Intentions de recrutement les plus fortes et les plus faibles : La confiance des employeurs est la plus forte au Japon (+25), en Croatie (+23), à Taiwan (+22),aux Etats-Unis (+21) et en Grèce (+20). A l’inverse, c’est en Hongrie (-2)  , en Argentine (+1), en Italie (+1) et en Espagne (+1) que l’on observe les Prévisions Nettes d’Emploi les plus faibles. Les perspectives d’emploi restent stables en Inde (+13) et en Chine (+8).

 

  • Dans la région Europe, Moyen-Orient & Afrique (EMEA), les employeurs de 25 des 26 pays sondés prévoient de renforcer leurs effectifs d’ici la fin de septembre 2019, les employeurs Hongrois étant les seuls à rapporter des perspectives d’emploi négatives. Par rapport au trimestre précédent, les intentions de recrutement s’améliorent dans 5 pays, tandis qu’elles se détériorent dans 14 pays. Par rapport au 3e trimestre 2018, la Prévision Nette d’Emploi progresse dans 5 pays et fléchit dans 17. De toute la région EMEA, c’est en Croatie (+23), en Grèce (+20) et en Slovénie (+20) que les perspectives d’emploi sont les plus favorables. Malgré les prévisions de croissance prudente attendue en Europe, les employeurs des quatre plus grandes économies européennes anticipent une activité de recrutement positive au cours du prochain trimestre. Les employeurs allemands (+5) rapportent des prévisions modérées, en recul par rapport au trimestre et à l’année précédente. En France (+5), la Prévision Nette d’Emploi se situe au même niveau que lors du trimestre précédent. Les perspectives d’emploi restent prudentes au Royaume Uni (+4) tandis qu’elles enregistrent une baisse Italie (+1). Enfin, aux Pays-Bas (+5), les employeurs affichent des prévisions modérément optimistes, au même niveau que lors du trimestre précédent et qu’à la même période l’an dernier.

 

Les résultats de la prochaine édition du Baromètre ManpowerGroup des perspectives d’Emploi seront diffusés le         10 septembre 2019 (4e trimestre 2019).

 

 (*) Les données corrigées des variations saisonnières ne sont pas disponibles pour la Croatie et le Portugal.

(**) La valeur de la Prévision Nette d’Emploi est obtenue en déduisant du pourcentage des employeurs anticipant une hausse de l’emploi total, le pourcentage des employeurs prévoyant une baisse de l’emploi dans leur entreprise pour le trimestre suivant. Il s’agit donc ici du solde net des prévisions d’emploi, qui peut être aussi bien positif que négatif. Les commentaires se basent sur les données désaisonnalisées, lorsqu’elles sont disponibles.

Présentation du Baromètre

Le Baromètre ManpowerGroup des Perspectives d’Emploi (ManpowerGroup Employment Outlook Survey – MEOS) pour le 3e trimestre 2019 a été mené du 17 au 30 avril 2019 auprès d’un échantillon représentatif de plus de 59.000 employeurs publics et privés (dont 752 en Belgique) dans 44 pays et territoires. L’objectif de l’enquête est de mesurer l’évolution des intentions de recrutement des entreprises pour le trimestre à venir et par rapport au trimestre précédent. Chaque employeur interrogé a répondu à la même question : “Comment anticipez-vous l’évolution de l’emploi total dans votre entreprise au cours du prochain trimestre, c’est-à-dire jusqu’à la fin septembre 2019, par rapport au trimestre actuel ?”. C’est la seule étude prospective de cette envergure dans le domaine de l’emploi. Elle est unique de par sa taille, son objectif, sa longévité et son contenu. Mené depuis plus de 50 ans, le Baromètre ManpowerGroup constitue l’une des enquêtes les plus fiables en matière d’emploi et est considéré comme un indicateur économique reconnu.

Depuis le 2e trimestre 2008, c’est le modèle TRAMO-SEATS qui est appliqué pour corriger les variations saisonnières. De ce fait, certaines données désaisonnalisées peuvent légèrement dévier des chiffres des éditions précédentes. Largement répandu dans le monde, ce modèle est recommandé par le département Eurostat de l’Union Européenne et par la Banque Centrale Européenne.

 

Rapport de résultat

 

Infographie 

 

AC